slow food-gastronomie

Slow food ou la vraie gastronomie retrouvée

Opt In Image
GRATUIT !
Votre santé est importante pour vous ? Recevez maintenant ;
 
  1. "3 habitudes pour être plus zen" (livre pdf)
  2. "Se débarrasser naturellement du mal de dos" (livre pdf)
  3. "La dépression" (livre pdf)
 
........................................................................................................................

Je vous remercie pour votre confiance. Vous serez informé en priorité des dernières parutions et informations.

Slow food vous connaissez ?

Slow Food a été fondée en 1989 pour contrer le « fast food » et l’accélération trop rapide de la vie. L’association lutte contre la disparition de nos traditions culinaires et le désintérêt croissant pour le goût et l’origine de ce que nous mangeons, et nous montre l’impact de nos choix alimentaires sur le monde qui nous entoure.

Il y a quelque temps j’ai assisté à une conférence de Carlo Petrini sur les vertus du slow food et je voudrais vous la partager.

 

Carlo Petrini, sociologue et journaliste italien, fondateur du mouvement Slow Food est, selon le journal britannique The Guardian l’une des 50 personnes qui peuvent sauver le monde (liste publiée en 2008).

Quand j’ai entendu ça, je suis restée scotchée. Quelle chance de pouvoir écouter cette personne !

 

Slow food, état des lieux

Carlo Petrini nous présente sa vision de la gastronomie. « Non pas celle des grands cuisiniers qui agitent leur poêle à la télévision » précise-t-il.

Celle qui englobe tout ce qui est en rapport avec l’homme quand il mange. Celle qui est une science multidisciplinaire et complexe ; mêlant la physique, la chimie, la biologie, la génétique, l’agriculture, l’élevage, la pêche, l’anthropologie, l’économie, l’histoire et la politique. Il rejoint Brillat-Savarin, célèbre gastronome français du XIXème siècle :

« Dis-moi ce que tu manges : je te dirai ce que tu es. »

slow food

Slow Food défend la biodiversité qui est mise à mal par notre système alimentaire ;

 

  1. Il appauvrit les sols par l’agriculture intensive alors même qu’il y a de plus en plus de personnes à nourrir.
  2. Il gaspille l’eau : 78 % de l’eau douce est utilisée pour l’agriculture avec beaucoup de gaspillage.
  3. Il appauvrit la biodiversité végétale et animale en sélectionnant ce qui est le plus productif.
  4. Il détruit le monde paysan. Il y a 100 ans, 50 % de la population était constituée de paysans, aujourd’hui seulement 3 %. Le libre marché, bénéfique aux industriels a détruit l’agriculture.
  5. Il gaspille la nourriture. On produit de quoi nourrir 12 milliards de personnes alors que nous sommes 7 milliards seulement. En Europe 30 % de l’agriculture Bio va au compost afin que les produits correspondent aux demandes.

 

De plus la nourriture est très mal répartie. Dans le monde il y a 800 millions de personnes mal nourries et dans le même temps 1 milliard 600 millions de personnes qui mangent trop. Aucune de ces personnes ne sont en bonne santé.

 

Nous devons retrouver 1 rapport harmonieux à la nourriture.

slow food-gastronomie

Manger moins, manger mieux, payer juste

 

Carlo Petrini dit haut et fort que nous pouvons choisir de devenir des consommateurs actifs, des co-producteurs.

Nous pouvons choisir d’acheter chez des producteurs locaux et de payer les paysans à leur juste valeur.

 

Choisir un produit « Bon, Propre et Juste ».

C’est le slogan de Slow Food :

Bon pour le goût – Propre pour la santé et pour l’environnement – Juste pour les producteurs

 

« La vraie gastronomie c’est un choix politique. » dit-il.

 

Et si vous lisez régulièrement ces pages vous savez que l’alimentation est l’un des piliers de la santé.

Finalement, Carlo Petrini pourrait bien aider l’humanité à retrouver la voie vers une alimentation plus humaine, tant du côté producteur que du côté consommateur.

Qu’en pensez-vous ?

 

 

8 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Cocher cette case pour qu’un lien vers votre dernier article apparaisse.

  1. Bonjour Nadia,

    J’apprécie beaucoup la philosophie de ce mouvement, qui ne se développe pas tellement en France malheureusement.
    Il y a plus de villes concernées ailleurs.
    C’est une prise de conscience nécessaire, mais on est encore loin de l’agriculture biodynamique.

    Bonne semaine.
    Marie.
    Marie@Nourriture Sante Articles récents…Farines sans gluten, et alors ?My Profile

    • Nadia

      Bonjour Marie,

      Slow Food est effectivement peu représenté en France, beaucoup plus en Italie et d’autres pays. Je ne connais pas bien l’agriculture biodynamique mais comme ça vient de Rudolph Steiner je pense que ça ne peut qu’être positif pour les hommes comme pour la nature. En ce moment je me penche sur la permaculture qui semble aussi être un modèle intéressant.

      Amicalement
      Nadia

  2. Rachou

    J’ai lu cet article avec beaucoup d’intérêt. C’est pourtant simple, si simple! Malgré cela, nous avons tous tendance à la facilité: acheter tout dans un même magasin car le temps nous est précieux..
    C’est réapprendre à vivre l’instant présent qui nous permettra de s’approprier de nouvelles habitudes de vie, de s’alimenter, d’apprécier ce qui composent notre quotidien, notre santé!
    Il n’y plus qu’à…… Agir! en toute conscience.

    • Nadia

      Bonjour et bienvenue Cachou,

      notre rythme de vie nous pousse à « économiser le temps » et donc à choisir la facilité. C’est sur ça que jouent les puissances financières pour nous inciter à des habitudes qui nous dévient de nos intérêts vitaux comme de rester en bonne santé par exemple.
      Agir en conscience dans le moindre de nos gestes quotidiens nous permet de faire les bons choix.

      Belle semaine à toi

  3. Hello Nadia,

    Je serais tenté d’ajouter un point 6, c’est que la conséquence de tout cela, les aliments que nous avons alors à disposition sont moins riches en éléments vitaux, pourtant capitaux pour le bon fonctionnement de nos cellules.
    Un exemple simple, la quantité de fer dans les épinards a été réduite par un facteur 4 en moins de 100 ans. Pour avoir la même quantité de fer disponible, il faudrait en manger 4 fois plus maintenant qu’il y a à peine un siècle.

    A notre santé
    Jean-Louis Articles récents…Fatigue permanente, pourquoi, que faireMy Profile

    • Nadia

      Hello Jean-Louis,

      la terre a été tellement appauvrie par les cultures intensives et l’emploi des pesticides que les fruits et légumes qui y poussent sont de moins en moins riches en vitamines et éléments minéraux. Du coup il faudrait en manger beaucoup plus pour avoir les même bénéfices.

      A bientôt

  4. Bonjour Nadia,
    je ne connaissais pas du tout le terme de « slow food »
    et je trouve cette prise de position très intéressante.
    C’est une formule que nous pratiquons à la maison
    et c’est vrai qu’après il est difficile de trouver son
    compte dans les fast foods!
    hannah@techniqueTipi Articles récents…Mieux se connaitre avec les planetesMy Profile

    • Nadia

      Bonjour Hannah,

      c’est super que tu aies déjà mis en application cette « politique alimentaire ».
      On ne se rend pas toujours compte à quel point les choix que nous faisons en matière d’achats peuvent influencer la vie sur la planète entière.

      Les fast foods sont vraiment à éviter mais s’ils sont si bien implantés c’est qu’ils ont trouvé un moyen de répondre aux problèmes de temps dans nos sociétés où l’on a tout mais plus le temps à vouloir trop en faire.

      Bon week-end de Pâques